Les nouvelles sur les maisons de retraite | Trouver maison de retraite

Les chiens en maisons de retraite

Aujourd’hui, plus de deux cents chiens sont actifs dans les maisons de retraite, en qualité d’accompagnateur social. Ceci se traduit par un travail destiné à améliorer le bien-être des pensionnaires des maisons de retraite. Parmi les maisons de retraite pionnières dans l’intégration de chiens, on retrouve la maison Sainte-Anne à Tinténiac en Bretagne. Cet établissement innovait en 2003 avec l’accueil de Power. Depuis, cette expérimentation a fait des émules.

Une formation nécessaire pour le personnel des maisons de retraite

Les bienfaits thérapeutiques de ces compagnons a quatre pattes n’est plus a démontrer, et leur présence en maisons de retraite se révèle d’une aide précieuse.
Ainsi, depuis la mort de Power, deux autres chiens ont pris la relève auprès des résidents. Dusty et Velours ont été affecté chacune des maisons de retraite qui  compose le centre de Tinténiac, la maison médicalisée classique d’une part, la maison Alzheimer d’autre part.
Afin d’optimiser le contact entre les animaux et les résidents des maisons de retraite, une formation du personnel est indispensable. A ce jour, vingt-cinq membres de l’équipe soignante ont bénéficié des cours nécessaires, dispensés par l’association Handi’chiens située à Alençon.

La présence de Velours et Dusty plébiscité en maisons de retraite

Les chiens participent réellement au bien-être des pensionnaires. Certains s’apaisent en brossant leur fourrure, d’autres en font leur compagnon de promenade, et discutent alors avec les autres résidents. Par ailleurs, les malades d’Alzheimer paraissent beaucoup apprécier leur présence, comme le montre leurs sourires lorsqu’ils s’approchent. Même les personnes âgées en fin de vie tirent profit de ces accompagnants pas comme les autres. Leurs sens en font des êtres intuitifs qui s’adaptent à toutes sortes de situations.
Il faut noter que ces super-chiens sont capables de répondre à 53 ordres différents, grâce à la formation qu’ils suivent depuis l’âge de 18 mois. Ils deviennent ensuite opérationnels à l’âge de trois ans, et ils sont alors confiés à des maisons de retraite ou à des personnes handicapées.

Articles associés

Laisser un commentaire

Commentaires récents