Les nouvelles sur les maisons de retraite | Trouver maison de retraite

Les Ehpad de Haute-Marne en difficultés financières

Les 21 Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) de Haute-Marne souffrent aujourd‘hui de graves problèmes financiers. A tel point qu’une grande partie de ces Ehpad vont devoir se résoudre à licencier du personnel pour éviter de mettre la clé sous la porte. Les dotations de la Sécurité sociale ne suffisent plus pour permettre aux Ehpad d’équilibrer leur budget. Une situation aussi surprenante que délicate, car ces problèmes budgétaires ont de graves répercussions sur le bien-être des aînés.

La dotation soins des Ehpad paraît insuffisante

EHPADLa dotation financière attribuée par l’assurance maladie est destinée à assurer la médicalisation de l’Ehpad. Celle-ci devant correspondre aux besoins des pensionnaires, elle est proportionnelle à l’indice mesurant le niveau de dépendance moyen au sein de l’Ehpad, le fameux “gir moyen pondéré” (GMP). Cet indicateur traduit en points les soins médicaux apportés aux aînés. Ce chiffre est ensuite multiplié par le nombre de pensionnaires pour chaque Ehpad. On obtient le PMP (Pathos moyen pondéré).
En 2010, la moyenne départementale tombe à 111, un chiffre bien en dessous de la moyenne nationale, située à 168. Les budgets sont donc très limités, ce qui contraint les directions d’Ehpad à licencier du personnel.
Au delà de ce constat alarmant, il est nécessaire de répondre à la question qui s’impose : pour quelles raisons le PMP n’est-il que de 111 en Haute-Marne cette année?

Des effets dévastateurs sur les résidents des Ehpad

Surprise pas cet écart, l’ARS a lancé une enquête pour en déterminer les causes. En effet, il n’y a à priori aucune raison logique pour que les aînés des Ehpad de Haute-Marne soit en bien meilleure santé que dans les autres départements. Et sur le terrain, la baisse de dotations a des effets très négatifs.
Les médicaments sont souvent distribués par des aides-soignants alors que cette fonction devrait légalement être assurée à des infirmiers diplômés d’Etat.
Les toilettes de résidents pourtant lourdement dépendants est effectué par des agents débordés, qui auraient bien besoin de renforts.
Alerté, le département santé du syndicat Force ouvrière s’est exprimé : « Les postes soignants sont souvent occupés par des agents des services hospitaliers des contrats d’accompagnement à l’emploi (CAE), et des contrats uniques d’insertion (CUI) ; alors que les besoins en personnel qualifiés sont forts et indispensables pour la qualité du soin ». La situation est critique car certains Ehpad ont perdu jusqu’à dix agents. Les responsables des établissements de Haute-Marne attendent donc avec impatience le résultat de l’enquête et espèrent voir leur situation s’habituer rapidement.

Articles associés

Laisser un commentaire