Les nouvelles sur les maisons de retraite | Trouver maison de retraite

Alzheimer : un diagnostic possible dès 40 ans

La polémique sur l’intérêt d’un diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer devrait être ravivée par une information publiée dans la presse britannique. Des scientifiques anglais pensent pouvoir développer d’ici deux ans un test de 30 secondes qui permettra de déceler dès 40 ans les signes avant-coureurs de la maladie d’Alzheimer.

Vers un dépistage précoce de la maladie d’Alzheimer ?

Des scientifiques britanniques ont récemment annoncé être en train de développer un test simple et rapide qui permettra de diagnostiquer la maladie d’Alzheimer des dizaines d’années avant l’apparition des premiers symptômes. Ce test, qui pourrait être prêt dans deux ans, sera effectué par ordinateur au cabinet d’un médecin généraliste. Le dépistage de la maladie d’Alzheimer deviendrait alors une simple routine, comme c’est le cas de la prise de tension.
L’intérêt d’un diagnostic précoce réside dans le fait que les personnes à risque pourraient déjà adopter des comportements permettant de freiner l’apparition des symptômes de la maladie d’Alzheimer, tels que la pratique d’exercices physiques, un régime alimentaire plus adapté, etc. Par ailleurs, un dépistage rapide permettrait de commencer plus tôt à administrer un traitement – pour peu qu’on en développe un parallèlement. Ainsi, certains patients diagnostiqués pourraient grâce à de nouveaux médicaments ne jamais déclarer la maladie d’Alzheimer.
Le Professeur David Bunce de l’université Brunel de Londres, responsable de cette recherche, a affirmé dans une interview accordée au Daily Mail : « Cette étude pourrait aboutir sur un dépistage précoce de la maladie d’Alzheimer permettant d’intervenir plus tôt. Le plus vite nous prenons en charge les personnes à risque, le plus de chances nous avons de freiner, voire de prévenir l’apparition de la maladie. »
Toutefois, tant que des traitements efficaces n’ont pas été découverts, d’aucuns pourraient préférer ne pas apprendre trop tôt qu’ils sont atteints de la maladie d’Alzheimer. D’ailleurs, les compagnies d’assurances pourraient augmenter les cotisations des patients diagnostiqués par ce test.

Un simple test informatique capable de diagnostiquer la maladie d’Alzheimer

Actuellement, pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer on procède à des tests de mémoire et à des scanners, qui coûtent trop cher pour être généralisés à un âge trop précoce. Par ailleurs, la seule façon d’être vraiment sûr qu’on a affaire à la maladie d’Alzheimer consiste en un examen post-mortem. La méthode en cours de développement à l’université Brunel serait au contraire basée sur un test de temps de réaction, plus simple et plus rapide.
Le Professeur Bunce a tout d’abord faire subir un scanner du cerveau à 428 personnes de 44 à 48 ans, apparemment en bonne santé. Dans 15 % des cas, le professeur a découvert de minuscules lésions dans le cerveau. L’étude n’a pas permis de montrer que ces personnes développeraient la maladie d’Alzheimer, mais ces lésions étaient similaires à celles découvertes lors des examens post-mortem de malades d’Alzheimer.
En revanche, le professeur a montré que les personnes ayant ces lésions avaient réagi de façon irrégulière au test de temps de réaction, qui consistait à appuyer sur des boutons spécifiques à l’apparition de lumières à l’écran. Les personnes saines quant à elles réagissaient soit lentement soit rapidement, mais de façon constante.
En réaction à cette étude, Ruth Sutherland de la branche britannique de la Société Alzheimer a déclaré : « Nous savons que des modifications surviennent dans le cerveau de nombreuses années avant que les symptômes de démence n’apparaissent. Il est donc vital d’investir dans la recherche de signes précurseurs de démence dans le cerveau. »

Articles associés

Laisser un commentaire